Greetings from the free side / T'as le bonjour du libre !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 8 septembre 2008

Pas de Mandriva dans Capital...

Il y a quelques semaines, l'émission Capital de M6 était venue tourner des images du Gdium dans les locaux de Mandriva, pour leur sujet sur les netbooks. Manque de chance, il semble (j'ai raté le reportage) que les images soient passées à la trappe, et que Linux n'ait pas été cité une seule fois dans le reportage... alors que c'est un facteur de baisse de prix, et que c'est une des raisons du succès de ces machines.

Mise à jour:

Extrait du reportage :

"il a rendez vous dans le temple de l'informatique parisien. C'est un endroit où les passionés d'ordinateurs mettent leur nez un peu partout, à la recherche de pièces rares..."

Je vous le donne en mille, ce temple où l'on trouve des "pièces rares", c'est Surcouf... Au bout de 4 minutes de reportage, les journalistes avouent déjà qu'ils n'y connaissent rien, et passent le reste du temps à comparer un netbook à un portable traditionel, façon "ah bah oui, une smart, ça roule moins vite qu'une berline". Effectivement, c'est peut être pas plus mal qu'on ait pas entendu parler ni de Mandriva ni de Linux...

mardi 24 juin 2008

Micro Hebdo n°531 sur les ultra-portables (netbooks)

Ah Micro Hebdo. Le premier (et seul) magazine informatique auquel j'ai été abonné, quand j'étais encore sous Windows.

J'ai fini par acheter Micro Hedo n°531 (encore en kioske demain), en vu d'un voyage en train où j'avais du temps à tuer. Bon, le public de ce magazine est clair : le Windowsien débutant ou moyen qu iveut avoir des trucs pratiques. En général ils sont assez objectifs. Ils ont même essayé Linux de temps en temps, (si, si, et même Mandriva Linux, avec quelques bêtises en prime). Bon, c'est clair par contre qu'on y parle plus de logiciels gratuits que de logiciels libres.

Dans ce numéro, donc, on parle des ultra-portables à moins de 400 euros. Evidemment j'ai traqué l'utilisation de Linux dans ces bestioles. On y parle du futur Gdium Liberty 1000, qui utilise une Mandriva Flash rebaptisée pour l'occasion "Mandriva G-Linux". Par contre (honte à eux) ils oublient complètement que le Airis Kira 740 est aussi disponible avec Mandriva Linux (alors que tous les articles sur le sujet en parlent depuis bien 2 mois) !

Les autres modèles testés:

Eh bien le résultat des tests a l'air sans appel: le modèle d'Acer enfonce les autres au niveau prix (299€), poids (le seul à moins d'un kilo avec le PC by Surcouf) et rapport qualité/prix. De plus, il offre une capacité de 10Go de SSD dans la version Linux, et 8Go pour la version Windows.

Là où ça devient intéressant c'est qu'on peut choisir une version avec disque dur plutôt que SSD (bon, je préfère la SSD pour ce type de machine). Pour un disque de 80Go , on en a pour 20€ de plus dans la version Linux, et 70€ de plus pour la version Windows. Vous me suivez ? On a deux machines identiques sous Windows et Linux, avec 50€ de différence. Idem pour le MSI Wind U100: 50€ de plus pour la version Windows, à matériel identique. Il semble donc qu'il y ait un certain consensus : une licence XP en OEM se négocie dans les 50€. Prenez des notes pour la prochaine fois où on vous proposera 20€ pour le Windows de votre tout PC portable tout neuf (avec l'envoi du portable à vos frais bien sûr).

Pour conclure, vu les caractéristiques du Acer Aspire One, et la politique d'ACER de soutien à Linux, c'est le type de machine qui peut détrôner l'EEEPC d'Asus.

mardi 13 novembre 2007

I'm a Radio Star

Oui. La célébrité. Le succès. La gloire. Toutes ces choses sont à ma portée à présent. Parce que le 24 novembre, si tout va bien, je serai sur les ondes. Mais ne t'en fais pas, toi le français de la France d'en bas, je ne t'oublierai pas. Quand j'aurai besoin qu'on me descende mes poubelles, c'est à toi que je penserai.

En effet, le 24 novembre, quand je serai à la Cité des Sciences et de l'industrie pour l'install party Mandriva Linux 2008, je pourrais bien passer sur radio ici et maintenant dans l'émission Hot-line. Cette émission, diffusée chaque dimanche de 14H à 16H permet aux utilisateurs d'appeler pour avoir un coup de main dans la résolution de leurs problèmes liés à l'informatique. Je suis tombé par hasard dessus dimanche dernier, et voyant que l'on y parlait aussi logiciel libre, le présentateur conseillant Linux à tout va, j'ai pris un peu de temps pour écouter l'émission. Et rigoler un coup aussi.

J'ai alors compris ce que devaient ressentir les techniciens de hotline, et j'ai béni le ciel de m'avoir épargné ce sombre destin. Celui de tomber sur des gens qui sont sous Linux, qui veulent développer leur site web sans savoir ce qu'est le FTP, et à qui quand on pose la question "quelle est votre fournisseur d'accès internet" répondent "Mandriva"... Je vous admire messieurs (et mesdames) les hotliners. Autre exemple: ce monsieur qui hésite à installer Mandriva Linux. Il a Windows et Ubuntu sur son disque dur. L'outil de partitionnement de l'installateur Mandriva le met en garde, lui dit de faire attention, d'être bien sûr. Notre ami empli de courage continue tout de même, frémissant de son audace. Et là, quand le partitionneur lui demande s'il veut effacer toutes les partitions, il se dit qu'il dirait bien oui, "pour voir". Jetons un voile pudique sur la triste scène qui suit.

Bref, après avoir écouté tout cela, j'ai participé au chat du site, et comme l'animateur le lit en même temps, il a pu relayer l'annonce de l'install party Mandriva. J'ai fini par appeler pour donner plus d'informations... Mes 5 minutes de gloire en direct à la radio :-). Il m'a finalement proposé de faire 5 minutes en direct de l'install party, à laquelle je m'étais inscrit en tant qu'installateur. Bon, je n'ai pas encore eu la confirmation, donc on verra bien ce qui se passe.

Si vous voulez être de la fête, vous pouvez :

mercredi 7 février 2007

Bill Gates au 20H de PPDA

Ecoutez donc l'interview de Bill Gates sur le 20H de TF1 de la semaine dernière...

On peut difficilement concentrer autant de désinformation en si peu de temps. A se demander si PPDA et le journaliste qui a fait le reportage se sont documentés avant l'interview de l'homme le plus riche du monde.

La plus belle perle du reportage:

"Son nouveau produit, Vista, a été lancé cette semaine. Une nouvelle version de Windows plus conviviale, et qui permet de regarder des programmes de télévision dans l'ordinateur. De quoi selon Bill Gates, entre de plein pied dans l'ère du numérique".

Alors il faudra m'expliquer ce qu'il y a de nouveau dans le fait que Vista récupère des chaines de télé. C'est pas comme si j'avais déjà la télé en 1998 sur mon PC sous Windows 95 (oui, j'étais jeune) avec une carte tuner... Vista sans carte tuner ou racordement ADSL ne sait pas plus ni moins capter la télé. Encore un journaliste qui n'a même pas pris le temps d'aller discuter avec un vendeur de la FNAC (il aurait pu dire des conneries, mais moins grosses que celle là) !

Ensuite, PPDA nous montre à quel point il s'est renseigné sur l'invité:
On présente Bill Gates comme un apôtre qui distribue son argent aux plus démunis, et aide à la vaincre de terribles maladies avec sa fondation.

Pourtant un article du 7 janvier 2007 du Los Angeles Times sur les placements douteux de la fondation Gates aurait pu le mettre sur la voie sur la schyzophrénie de Gates: sa fondation investit dans la recherche contre les maladies tout en prenant des parts dans les plus gros pollueurs mondiaux (notamment les groupes pétroliers) Voici un résumé en français de l'article sur Les placements douteux de la fondation Gates.

PPDA nous montre ensuite qu'il s'y connait dans l'histoire de l'informatique:
On dit de vous que vous êtes plus businessman que visionnaire, en tout cas vous vous êtes rarement trompé dans les grands choix...

Quand on sait qu'il parle à l'homme qui n'a pas cru à Internet, et qui n'a intégré un navigateur web dans son système d'exploitation de l'époque (Windows 95) qu'en catastrophe quand il s'est rendu compte de son erreur, ça a de quoi faire sourire.

Par contre, pour ce qui est du businessman, je confirme. Mais Microsoft n'a pratiquement jamais innové, juste "emprunté" les technologies développés par les autres, comme souvent en informatique.

Si vous avez du temps, je vous conseille à ce sujet cette excellente série de reportages sur l'histoire de l'informatique (3 x 45mn):
Les cinglés de l'informatique (partie 1)
Les cinglés de l'informatique (partie 2)
Les cinglés de l'informatique (partie 3)

Je vous laisse méditer sur cette pensée de Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, dans une entrevue de Liberation:
L'un des apôtres de la PI (ndm: Propriété intellectuelle), Bill Gates, peut-il et défendre les brevets pour Microsoft et sa fondation pour l'accès à la santé ?

Gates, comme Rockfeller, utilise l'argent de son monopole illégal pour de bonnes causes, mais cela ne justifie pas la culture du monopole. On peut voler l'argent et le rendre aux pauvres, cela rend-il le délit moins mauvais ? Et, avec sa fondation, faire l'impasse sur la solution cruciale : toucher aux droits de propriété intellectuelle.
« Le libre accès au savoir tient du bien public mondial »