Greetings from the free side / T'as le bonjour du libre !

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 7 avril 2010

You like Linux ? Tell it to the world !

Help gather some stats and reach the 1,000,000 people who like Linux and Open Source Software. It takes 30 seconds to fill the form on The million Tux.

lundi 11 mai 2009

Quels sont les avantages et inconvénients de Linux par rapport à Windows ?

C'est une question qu'on me pose souvent... Je mets ma réponse type ici pour la retrouver plus facilement. Si vous avez d'autres idées, mettez les en commentaires, je mettrai à jour le post...

Avantages de Windows :

  • Équipe 90% du parc informatique grand public, donc plus simple de trouver un pote « qui s'y connait » pour filer un coup de main.
  • C'est l'environnement des joueurs qui veulent jouer au dernier jeu 3D qui vient de sortir.
  • On peut trouver des logiciels pour Windows facilement dans les magasins.

Inconvénients de Windows :

  • Garder un système sain, exempt de virus, spywares et autres, demande beaucoup (trop) de connaissances.
  • C'est très cher pour ce que c'est : Microsoft fait la majorité de ses bénéfices sur Windows et Office, et vu que les gens pensent qu'ils n'ont pas le choix, ils continuent soit de les acheter, soit de les « pirater ». Mais même un logiciel piraté occupe le terrain et empêche ainsi la concurrence de s'installer, cela ne résoud donc pas le problème.
  • Microsoft utilise une technique illégale (la vente liée) pour contraindre l'utilisateur à acheter une licence d'utilisation de Windows à l'achat d'un ordinateur, même si l'acheteur possède déjà un système d'exploitation. Les utilisateurs qui se retrouvent à devoir payer cette « taxe Microsoft » ne sont pas que des utilisateurs de systèmes alternatifs comme GNU/Linux. Il y a aussi ceux qui ont déjà acheté une autre version de Windows en version boîte (par exemple une version Pro à la place de la version Familiale livrée d'origine), ou les étudiants qui bénéficient par leur école d'un partenariat pour avoir une licence Windows gratuite ou à prix réduit.
  • Windows facilite l'utilisation de DRM qui décident de ce que l'on a le droit de faire avec de la musique, même légalement achetée. De nombreux services de vente de musique avec DRM ont fermé, laissant les utilisateurs se démerder avec leur musique (virgin, leclerc, wall mart, etc.)
  • Le « Windows rot », littéralement la « Pourriture Windows », phénomène qui fait qu'après avoir installé et désinstallé plein d'applications à la noix, on se retrouve avec un système instable, lent au démarrage, et à l'utilisation, et qui fait croire à l'utilisateur Windows qu'il est normal de devoir reformater sa machine tous les 6 mois.

Avantages de GNU/Linux :

  • On peut bien souvent installer un système Linux sans payer un centime, ou acheter du support technique avec certaines distributions Linux. Bref on a le choix entre investissement en temps ou en argent.
  • Insensibilité aux virus, spywares et menaces diverses qui ciblent quasiment toutes Windows uniquement.
  • Choix très étendu : il existe plein de distributions Linux, on peut donc en trouver une qui couvre ses besoins.
  • Plus de piratage de logiciels : la plupart sont gratuits, et utilisables en toute légalité.
  • Les mises à jour sont centralisées : le système d'exploitation et les applications se mettent à jour ensemble.
  • Moins exigeant en ressources matérielles.
  • Pour installer une application, le plus dur c'est de se souvenir de son nom, pas besoin de fouiner sur le site de l'éditeur.
  • Les applications sont traduites dans de nombreuses langues, les messages non traduits présentés à l'utilisateur sont rares.

Inconvénients de GNU/Linux :

  • Difficile d'acheter des logiciels en magasin (très dur d'en trouver pour Linux), et les logiciels pour Windows ne fonctionnent sous Linux qu'au cas par cas (en utilisant Wine).
  • Certains périphériques n'ont pas de pilote pour Linux, ou sont mal gérés. Cela arrive quand les constructeurs ne fournissent pas de pilotes Linux, ou ne fournissent pas les spécifications du matériel pour que la communauté Linux le fasse. Il faut donc faire un peu plus attention à l'achat, et vérifier la compatibilité avant l'achat.
  • Il peut être difficile d'installer une version récente d'une application si le distributeur de la distribution GNU/Linux ne l'a pas mise à disposition.

vendredi 17 octobre 2008

24 seconds !

This is my new boot time, thanks to the instructions of Mandriva's kernel star, pterjan :-p. Thanks for having been so reactive.

If you didn't, you should read my previous entry about boot time. So, how did these 9 seconds (compared to 2009.0 without the fix, and 7 compared to 2008.1) disapeared ? Well, first, I'd tell you I'm not sure they're completely gone, because I felt that loging in was sensibly slower (more time until I have a wallpaper) but I have no numbers for this, as I only measured the boot time until gdm for 2008.1 and 2009.0. So maybe the "graphical desktop startup time" is a bit longer, but not 7 seconds longer, so I'm sure I won some time...

So where was the problem ? Well it seems that the usb-storage module is at fault. Yes. Again. Here is what fcrozat told us a few weeks ago in his article named "Improving boot time on a general Linux distribution, not an easy task" :

We also had reports of "udev takes forever" when people had usb storage devices plugged on their system. We did some tests and it was adding about 5s to boot, mostly because of "usb-storage" settle delay (which is 5s), when udev coldplug starts. To try to reduce this, we are now loading usb-storage module before udev is started, if an usb mass storage device is detected, to make sure the 5s "usb-storage" settle delay is done in parallel with udev. Average gain : 3s (there is still a penalty of about 2s when usb mass storage is plugged but we can't really do anything about it ATM).

From my lsinitrd output, pterjan could see that my initrd was loading the usb-storage module. I had no USB storage device connected, but it was nonetheless slowing me. In fact, it seems that an old buggy version of harddrake used to add instructions to load usb-storage in /etc/modprobe.conf. It's an old bug, but unluckily, if the command is already there, no tool will remove it for you. I saw today that my work laptop running 2008.1 has the same problem.

The solution was to remove the /sbin/modprobe usb_storage; command from my /etc/modprobe.conf , and to regenerate the initrd (which I had never done before - don't laugh). This was easy. It seems this module is only required to be in the initrd if your root (/) partition is on an USB storage device.

If you want to do the same, first make sure you have another kernel on which you'll be able to boot (it may be the case if you upgraded from 2008.1 like me). If not, backup your current initrd (you'll however need a live CD to restore it in case you're in trouble). Then, as root, call this command :

mkinitrd -f /boot/initrd-$(uname -r).img $(uname -r)

This will regenerate the initrd for the kernel version you're currently running. Then bootchart again. Then enjoy.

mardi 14 octobre 2008

What happened to my boot time, dude ?

Hum... Why did I lose 2 seconds in boot time ? 2008.1 booted in 31s, and 2009.0 boots in 33s.

Update : As asked by pterjan, here is the result of the lsinitrd command.

Update : running depmod didn't fix the problem.

Mandriva Linux 2009.0 : upgrade successful

But not without glitches.

Here's how it went. I tried to remain in the position of a newcomer that has no clue about what a command line interface is, so even if I used a terminal a couple of times, it was just to check some stuff, not to fix it. I launched the mdkonline applet for the purpose of the upgrade (I always disable it because of it wastes too much memory to my taste).

Migration applet

Once launched, a notification popup appeared telling me there was a new distro available. If I record well, I clicked on the applet (and not on the popup), and was a bit surprised to be shown 2008.1 updates. I did those and waited a bit more. I was once again presented with the "new distro available" notification popup. I clicked again on the applet, and was presented the distro upgrade dialog.

'New stable distribution available

Note : I really hate Yes/No dialogs. Pretty please, Mr. Developer, use actions verbs on your buttons instead of Yes/No (with button icons would be even better) ! I the accepted the upgrade, and the new media sources were downloaded and updated. Using the Aria IP geolocation, the Free (french provider) mirrors were selected, and the upgrade process started downloading and installing the packages.

Here came the first problem : a curl error, because a package could not be downloaded. I think this happened because the mirror may have been a bit overloaded. So I had this error (no screenshot, sorry), and was presented this dialog.

Yep. The error detection code sucks : if a package download fails, it tells you the upgrade is finished.  A cat /etc/mandriva-release confirmed me that I still was using 2008.1. Here, even if the dialog recommended it, I feared that a reboot could do more harm than good, trying to boot a 2008.1/2009.0 hybrid. So I started again the upgrade, and had more errors.

aria error

First I had an aria error, because the mirrors lists were unreachable I think. Then a dependency error , due to the fact that the upgrade had been interrupted. The drakxtooks couldn't be updated because the perl-Gtk2-Webkit package was missing, and this message was blocking the whole update.

drakxtools can't install

Seeing no other alternative, I closed the session, to avoid rebooting. I tried to login : my login was refused ! With no other choice, I then crossed fingers and rebooted... A few seconds after, I was happy to see GDM and not a login prompt. I could log into my account, and started once again to upgrade. Then again, I had Aria errors and couldn't have the "Main updates" media.

media error

But still, the upgrade went on, with a (very) long packages download/install cycle. I hope Mandriva will do something about that, because it was one of the longest upgrades I had ever been through. Before that, I had always done my upgrades seldomly by reinstalling (to check the choices that were made for defaut applications), but most of the time, using the init 3/urpmi --auto --auto-select/init 5 technique (and not forgetting to upgrade the kernel too). Oh, by the way, during the install, I had a warning telling me my /boot partition was 99% full, but it caused no harm. I removed some old kernels since then, and everything's fine.

The "upgrade completed" dialog appeared once again, but this time, the icon showed was using the 2009.0 graphical style (which I don't really like, MCC icons were much nicer on previous releases - old doesn't mean it has to change).

Following the given advice, I rebooted, and started thinking that a "Close" button would have been better than the "Ok" one (yep. I find that even if a bit outdated, the HIG are still great).

Once my session opened, the update applet still tells that I can migrate to 2009.0 ! However, fixing my "Main updates" media problem (the main miror set by Aria had an MD5SUM error on the synthesis file for this media), was as easy as setting by hand a new mirror, and looking for updates. The only broken thing was my firefox panel icon, which had disappeared, since the icon had been renamed from firefox.png (2008.1) to firefox3.png (2009.0).

The good:

  • Nothing broken, I didn't have to use a single command line to repair it.
  • I could still surf on the web with Firefox while upgrading, even if at one point I lost the sound.
  • Suspend/resume works ! At last ! In 2008.1 the network chip didn't work after a after resume, it needed a reboot. This is now fixed.
  • I found the default desktop font under GNOME 2.24 nicer than in 2.22. Here's an example with the GNOME panel, but the result is even more flagrant in Firefox/Thunderbird. :

Before :

After :

The bad:

  • The upgrade didn't happen flawlessly.
  • Mandriva really needs to take into account the basics of the HIG for every new dialog they create.
  • When there's a md5sum error on an hdlist file on a mirror, aria doesn't automatically try to use another mirror.
  • The whole process was painfully slow, despite my AMD 3000+ CPU and a 20Mb/s connection.
  • It seems that KDE users have much more trouble with the migration, which was to be expected with the huge changes from KDE3 to KDE4. Sorry for them :-(.

mercredi 23 juillet 2008

Revue du netbook Acer Aspire One

Voilà une revue du Acer Aspire One sur LinuxFr. Le point litigieux (l'écran trop brillant) évoqué par Xate dans mon dernier billet sur les netbooks a été soulevé, voici ce qu'en pense alouali, le rédacteur de l'article :

J'avais une petite angoisse sur l'écran brillant et les reflets, mais finalement l'écran est suffisamment lumineux et contrasté pour que ce ne soit pas une gêne, même pour moi qui travaille dos à la fenêtre.

Par contre un point que l'on m'a confié informellement (non, je ne cafterai pas mes sources ;-) ) est la mauvaise qualité des BIOS d'ACER, par exemple pour l'ACPI. Cela tendrait à supposer que ce joujou pourrait ne pas fonctionner sous une autre distribution si ACER a pris certaines libertés avec les "good practices" du BIOS. Et bien coup de bol, le testeur a aussi utilisé une Mandriva Flash, et n'a pas rapporté de problème trop grave, si ce n'est la résolution par défaut en 800x600 au lieu de 1024x600. Il a aussi pris le soin de déclarer la configuration matérielle de l'Acer Aspire One sur hardware4linux. Qu'il en soit remercié :-)

lundi 16 juin 2008

Windows, Linux, thoughts

Almost 5 years have passed since I erased my Microsoft Windows partitions to switch to Mandriva Linux (Mandrakelinux 9.1 at that time). And I never regretted it. However, I try to keep myself informed of what happens in the Windows world, just to be able to help relatives when they're in trouble. So I keep an eye of all the stuff I don't use on Linux: anti-spywares, anti-adwares, anti-viruses, anti-everything.

Yesterday, I had a Windows box to cure. Randomly, some Internet Explorer windows would pop up, and bring the whole machine down to its knees, eating a few hundred megabytes of memory, and causing lots of swapping. I could download Firefox, then killed all the iexplore.exe processes, and was able to browse the web to find a new antivirus and antispyware to see what was going on. Using Firefox, no ads appeared.
All this made me remember why Windows is a nightmare to maintain.

Here's what I was painfully reminded:

Finding what is wrong is extremely time consuming. If you're not the person who installed the program, you have no way to know from what the "add/remove programs" tells you, what a program really does. No description. No file list. Nothing. So you can't just uninstall everything that has a name you don't know/like. You're then left to hours and hours of scanning, in the hope that you chose the right tools, and that they will detect the annoying software that causes the problem. Well in fact, it didn't happen. Neither the antispyware not the antivirus could catch it.

What was utterly annoying, was the fact that I left the computer on the whole night to let the antivirus perform a complete scan, but that this piece of sh*t just stopped at 35% to show a popup asking me what it should do with the virus it had found (in a quarantine zone of an older antivirus). I really would have preferred it had scrolled the whole disk and asked me afterwards, or that it had taken a temporary decision for me just to ask me all the questions at the very end. But no. You have to stay if from of the antivirus, or come regularly during the 4 hours it will scan the 146GB of data stored on the disk. Nice.

So, after a few hours of scanning the hard drive, I got sick of that and stopped the scans. Looking at the name on the popup's title bar, I could find a clue to determine from the configuration panel what was the name of the annoying crapware. That was an MSN Messenger addon. Uninstalling it, everything went fine again. Well, excepting the normal Windows "rot" problem. Having to wait for so long to just have my computer started would make me mad. That makes me think that for 90% of normal Windows users, Linux would indeed start quickly enough. A freshly installed Windows box boots faster, but after 2 months of installing/uninstalling software, Linux wins hands up.

Sometimes, I think of what the Linux distros landscape would be if it reached a critical mass, like 20% of the desktop world. Will those threats shatter my tranquility again ? People using a computer just install every software they can find, and Linux won't change that I think. So even if using only Free Software protects me, third party vendors will start distributing crapware to inexperimented users, and all this will start over again...

For the moment, I enjoy just being a dumb user that just wants something that works. And Linux distros are currently good at that, even if I think they're still too focused on what in new instead of what is bug-free. But overall, these last 5 years have been a much funnier experience using Free Software. Software that you use, and make you feel that there's real people behind it. And that they care about you. The biggest difference I see between these two worlds now is that in the Windows/proprietary world, by default, you can't trust that new software you haven't heard about before. In the Linux/Free Software world, by default, you trust it, because having the source, even if you don't read it, is a mark of trust. Hope this will never change.

lundi 26 novembre 2007

Compte rendu de l'install party Mandriva Linux 2008

Comme je le disais dans mon dernier billet, j'étais à l'install party Mandriva à la Cité des Sciences de Paris. C'était malheureusement un peu trop calme à mon goût :-(

Bon, il y a tout de même des points positifs, notamment le fait que j'ai pu voir une bonne partie de l'équipe de Mandriva. L'équipe technique était venue en force : Frédéric Crozat, Pascal Terjan et Olivier Blin ont fait le déplacement. Ce qui m'a permis d'avoir Fred pour 25 minutes de direct sur Radio ici et Maintenant. J'étais assez content que le direct que soit bien passé, et Fred a trouvé les questions assez intéressantes et bien choisies. Si quelqu'un a enregistré le passage, prévenez moi ;-)

J'étais venu en tant qu'installateur, mais je n'ai pas eu beaucoup de temps pour les installations en fait. Je n'ai eu de contacts qu'avec 2 personnes. La première avait un portable avec une Mandriva 2007.0 et voulait essayer la 2008.0 avant de l'installer. Facile, vu que la machine est compatible, je ne devrais pas avoir de problème. J'essaie le live cd de Mandriva, la Mandriva One: plantage immédiat. La bonne blague. Au bout de moment, je me rends compte que ce n'est pas un lecteur de CD externe USB, mais firewire. Et là c'est le drame : c'est une régression connue qui affecte la Mandriva 2007.1 et 2008.0. Impossible de démarrer sur un périphérique firewire.

Après mes passages radiophoniques de 14H et 15H50, j'ai un dual boot à préparer. Comme ça fait longtemps, je suis un peu rouillé, mais ça devrait pas être bien sorcier, même s'il est un peu tard. Juste un petit problème: la personne n'a pas défragmenté ses partitions, et il faut faire de la place sur le disque dur... C'est parti pour 45 minutes d'attente. Une fois la défragmentation finie, je ne suis pas chaud pour redimensionner les partitions avec une One, car il a 440Mo de RAM, et le démarrage du live CD est assez lent. Je redimensionne les partitions avec GParted, à partir d'un System Rescue CD, plus rapide. Tout se passe bien.

Sauf que l'install party est terminée et que dans l'état actuel, je ne suis pas sûr que son Windows retrouve ses données. Repassage sur Mandriva One pour ne pas me prendre la tête en ligne de commande à transférer ses données d'une partition à une autre. J'apprends d'ailleurs à ce moment là que ses données n'ont pas été sauvegardées (ils ne lisent pas les décharges qu'ils signent ou quoi ?). Je vais donc pour faire un copier-coller pour transférer ses données sur une nouvelle partition: impossible. Je me dis que c'est un problème de droits... je monte les partitions en écriture, mount me dit bien qu'elle sont en lecture-écriture : toujours impossible. J'apprends alors par Olivier que ntfs-3g n'est pas activé par défaut dans la 2008 à cause d'un bug de dernière minute. Traduction: moi y en a pas pouvoir écrire sur partition Windows du monsieur. Sic. Je finis au System Rescue CD, en ligne de commande bien gorrette, les doigts tremblants, pensant aux données que je pourrais perdre au passage... Regardez monsieur, c'est convivial Linux, non ?

Bon, au final, les données sont transférées, j'ai libéré 20 Go sur le disque et le Windows n'y a vu que du feu, et redémarre frais comme... heu... un truc pas frais (j'hallucine en voyant le temps de démarrage du bousin). Heureusement, la Mandriva One m'avait permis de vérifier que le matériel était bien détecté (sauf le wifi, je n'ai pas essayé), et le bureau 3D a fonctionné tout de suite. Le jeune homme qui avait déjà jadis tenté l'installation d'une Fedora 8 pourra donc faire son install à la maison sans trop de problèmes à priori.

Bilan de l'install party: 2 personnes entre mes mains, 0 Linux installé. Je pense que je peux améliorer ce score :-p

mardi 13 novembre 2007

I'm a Radio Star

Oui. La célébrité. Le succès. La gloire. Toutes ces choses sont à ma portée à présent. Parce que le 24 novembre, si tout va bien, je serai sur les ondes. Mais ne t'en fais pas, toi le français de la France d'en bas, je ne t'oublierai pas. Quand j'aurai besoin qu'on me descende mes poubelles, c'est à toi que je penserai.

En effet, le 24 novembre, quand je serai à la Cité des Sciences et de l'industrie pour l'install party Mandriva Linux 2008, je pourrais bien passer sur radio ici et maintenant dans l'émission Hot-line. Cette émission, diffusée chaque dimanche de 14H à 16H permet aux utilisateurs d'appeler pour avoir un coup de main dans la résolution de leurs problèmes liés à l'informatique. Je suis tombé par hasard dessus dimanche dernier, et voyant que l'on y parlait aussi logiciel libre, le présentateur conseillant Linux à tout va, j'ai pris un peu de temps pour écouter l'émission. Et rigoler un coup aussi.

J'ai alors compris ce que devaient ressentir les techniciens de hotline, et j'ai béni le ciel de m'avoir épargné ce sombre destin. Celui de tomber sur des gens qui sont sous Linux, qui veulent développer leur site web sans savoir ce qu'est le FTP, et à qui quand on pose la question "quelle est votre fournisseur d'accès internet" répondent "Mandriva"... Je vous admire messieurs (et mesdames) les hotliners. Autre exemple: ce monsieur qui hésite à installer Mandriva Linux. Il a Windows et Ubuntu sur son disque dur. L'outil de partitionnement de l'installateur Mandriva le met en garde, lui dit de faire attention, d'être bien sûr. Notre ami empli de courage continue tout de même, frémissant de son audace. Et là, quand le partitionneur lui demande s'il veut effacer toutes les partitions, il se dit qu'il dirait bien oui, "pour voir". Jetons un voile pudique sur la triste scène qui suit.

Bref, après avoir écouté tout cela, j'ai participé au chat du site, et comme l'animateur le lit en même temps, il a pu relayer l'annonce de l'install party Mandriva. J'ai fini par appeler pour donner plus d'informations... Mes 5 minutes de gloire en direct à la radio :-). Il m'a finalement proposé de faire 5 minutes en direct de l'install party, à laquelle je m'étais inscrit en tant qu'installateur. Bon, je n'ai pas encore eu la confirmation, donc on verra bien ce qui se passe.

Si vous voulez être de la fête, vous pouvez :

samedi 10 novembre 2007

Choisir son baladeur numérique - partie 3

And the winner is:

Le Meizu M6 SL 8Go.

Consultez le test du Meizu M6 SP sur GénérationMP3 pour connaitre ses spécifications exactes. Le M6 SL est le successeur du M6 SP, mais les deux modèles sont très similaires.

Prix: 133 € TTC, transport Chine-France inclus. Commandé sur ebay à ygsd_cn1.

Meizu M6 SL

Pourquoi lui ?

Et pourquoi pas :-) ? Bon, voici les principaux avantages que je lui trouvais, par rapport à mes besoins.

Avantages:

  • Gestion native du Ogg/Vorbis, avec le FLAC en bonus
  • Connexion UMS, donc compatible avec tous les systèmes d'exploitation actuels sans pilote spécifique
  • Connectique USB standard
  • Radio FM avec RDS
  • Dictaphone
  • Bonne autonomie (26h en audio, 4h30 en vidéo)
  • Navigation par tags ET par répertoires
  • Vidéos au format Xvid

Inconvénients:

  • Batterie interne, donc quasi impossible à remplacer. Je préfère les piles pour ne jamais tomber en rade.
  • Le firmware de base est en anglais ou en chinois, préconfiguré en anglais par le vendeur. Un firmware bidouillé (non officiel) pour le traduire en français existe, mais ma chérie a fait des études d'anglais, donc pas besoin de prendre le risque à priori :-).
  • Pas d'adaptateur secteur fourni, mais à la rigueur je l'achèterai ici, je serai sûr de le trouver au bon format de prise

Je l'ai choisi pour toutes ces raisons, et surtout le fait qu'il utilise des formats ouverts et une connectique standard, avec un très bon rapport qualité prix.

Vous pouvez consulter les spécifications complètes du Meizu M6 SL pour plus d'informations.

Pourquoi l'importer ?

Pourquoi l'avoir commandé en import ? Pour plusieurs raisons. En effet, le meizu M6 est disponible à la FNAC, mais uniquement en commande par internet. Etant adhérent FNAC, cela aurait pu m'intéresser. Sauf que:

Trop récent

Le modèle M6 SL est sorti récemment en Chine, et ne sera pas proposé en France avant la fin de l'année. De plus, le modèle 8 Go n'est pas proposé à la FNAC, il n'y a que les version à 2 Go ou 4 Go.

Trop cher

La version 4 Go coûte 141,55 € (hors frais de port). En l'important de Chine, j'ai la version 8 Go pour 133 €. Résultat : 4 Go de plus pour une dizaine d'euros de moins. En plus le rapport euro/dollar est très avantageux, et les conversions des commerçants à 99 $ = 99 €, j'en ai un peu marre...

Trop bridé (humour)

Le firmware des modèles distribués par Dane-elec (distributeur des Meizu en France) désactive la radio pour éviter les taxes de ce type d'appareil. J'avais eu le même problème avec mon Samsung YP-MT6X : la version vendue en France ne gérait pas la radio (même en le flashant je crois). Flasher le firmware pour pouvoir gérer la radio aurait annulé la garantie, seul facteur qui m'aurait incité à le prendre en France. Dans ces conditions, je me suis donc dit que tenter l'import valait le coup.

Remerciements

Merci beaucoup à Bob pour m'avoir parlé dans les commentaire de ce blog de ce modèle ;-)

Ressources externes

dimanche 21 octobre 2007

Communiquer avec un baladeur MTP sous Linux

Hub m'a fait remarquer que le MTP était mieux géré que je ne le pensais sous Linux. J'en conclus par conséquent que si l'on ne souhaite pas vraiment faire une utilisation "clé USB", un baladeur MTP est une solution acceptable.

Il semble qu'il y a principalement deux bibliothèques qui permettent le dialogue avec des périphériques MTP: libgphoto2 et libmtp. Ces deux projets sont des forks libmtp est un fork d'un autre projet, toujours actif, libptp2.

Pour chaque projet, vous consulter une liste des périphériques gérés.

Mais il est parfois difficile de savoir quels baladeurs sont rajoutés dans les toutes dernières versions (surtout pour des modèles très récents). Vous pouvez alors si le coeur vous en dit voir dans le source si votre modèle est géré, et envoyer un patch ou les quelques informations nécessaires dans le cas où il ne l'est pas.

Au niveau des lecteurs utilisant ces bibliothèques, on peut citer (entre autres) Banshee qui utilise libgphoto2, et rhythmbox qui utilise libmtp.

vendredi 12 octobre 2007

Choisir son baladeur numérique compatible Linux et Ogg/Vorbis - partie 1

Au départ, il y a toujours un truc qui gratte...

Je suis actuellement à la recherche actuellement d'un cadeau d'anniversaire pour ma chérie (faudrait que je me grouille quand même, c'était il y a 2 semaines :-( ). Et je sais ce que je veux lui offrir: un baladeur numérique, plus communément appelé "baladeur MP3", bien que cela soit fort réducteur (quel baladeur lit uniquement du MP3 de nos jours) ? Comme référence pour mon choix, j'ai le mien: je possède actullement un baladeur Samsung YP-MT6X.

Je recherche donc la perle rare, un baladeur à base de mémoire flash, et qui remplirait pour un budget raisonnable (200€ max) les fonctions suivantes, de la plus prioritaire à la moins prioritaire:

  1. Compatible Linux
  2. Compatible Ogg/Vorbis
  3. A base de mémoire flash
  4. Reconnu comme une clé USB
  5. Bonne autonomie (si possible + de 15 h)
  6. Capacité de 2 Go ou plus
  7. Gère les métadonnées MP3 et OGG/Vorbis
  8. Gère l'encodage UTF-8
  9. Utilise des piles plutôt qu'une batterie interne

Quelques justifications de ces besoins:

Compatible Linux: indispensable, ma copine a migré sous Mandriva Linux/GNOME depuis plus d'un an.

Compatible OGG/Vorbis: c'est une solution de confort, car toute la musique que j'ai téléchargé sur Jamendo utilise ce format libre.

A base de mémoire flash: ce sont les plus compacts, même s'ils offrent moins de capacité de stockage que les modèles à disque dur. Ils sont moins sensibles au chocs aussi (pas de mécanique, que de l'électronique).

Reconnu comme une clé USB: C'est en fait surtout pour être assuré de sa compatibilité Linux.

Il existe actuellement 2 manières de transférer des fichiers sur un baladeur:

  • via le protocole MTP
  • via l'UMS (USB Mass Storage)

Le protocole MTP pose plusieurs problèmes:

  • Il requiert l'utilisation de Microsoft Windows (XP au minimum) et Windows Media Player 10
  • Il utilise le monopole Windows pour imposer MTP et Janus, le système de DRM made in Microsoft
  • Il empêche d'autres systèmes d'exploitation comme Linux ou Mac OS de pouvoir communiquer simplement avec le baladeur
  • La bibliothèque libmtp sous Linux permet la communication avec les périphériques MTP, mais elle est en cours de développement et ne gèrera donc pas forcément votre modèle de baladeur
  • Il est presque obligatoire de passer par un logiciel externe pour transférer des fichiers sur le baladeur. Si vous êtes en déplacement, vous n'aurez pas forcément la configuration adéquate sous la main.

L'UMS assure que le baladeur est reconnu comme une clé USB: on peut y déposer par cliquer-glisser les fichiers que l'on veut. Il a aussi l'avantage d'être reconnu sous Windows (XP et supérieur), Mac OS et Linux sans l'installation de pilotes. Pas besoin de logiciel spécifique pour transférer sa musique. Bref, c'est ce qu'il me faut.

Bonne autonomie (si possible + de 15 h):  qui a une autonomie des plus agréables (42 heures annoncées). Je ne sais pas combien il fait en autonomie réelle, mais je ne le recharge pas souvent, et c'est très pratique. Avec 2 piles rechargeables, j'en ai pour un moment.

Capacité de 2 Go ou plus: C'est largement suffisant à priori.

Gère des métadonnées MP3 et OGG/Vorbis: Certains baladeurs permettent de jouer les pistes en les cherchant par artiste, nom ou genre, en utilisant les métadonnées contenues dans le fichiers musicaux. Apparemment, cette fonctionnalité est répandue surtout chez les baladeurs fonctionnant en MTP. Chez Samsung par exemple, passer à un firmware UMS repasse en mode de navigation par fichier.

Gère l'encodage UTF-8: La plupart des distributions Linux utilisent par défaut ce jeu de caractères pour les noms de fichiers. Actuellement sur mon baladeur, les noms de fichiers contenant des caractères accentués apparaissent incorrectement à cause de cela.

Utilise des piles plutôt qu'une batterie interne: Pour éviter les pannes stupides où la batterie est morte, et la changer coûte aussi cher que de racheter le même appareil neuf.

Est-ce que je cherche le mouton à 5 pattes ?

J'en ai l'impression, car les modèles proposés actuellement par les constructeurs veulent tout faire (vidéo, photo, jeux) sans rien faire vraiment bien. Trouver un baladeur gérant les métadonnées des fichiers Ogg/Vorbis semble relever du défi par exemple. Néanmoins j'ai étudié quelques modèles, sur lesquels je vous livrerai bientôt quelques observations.

vendredi 5 octobre 2007

La presse française fustige Ubuntu au parlement !

Cet article de France Matin de mercredi, dans la même veine que celui du Point, relaie la désinformation qui règne sur le passage du parlement français à Ubuntu Linux. Je ne suis pourtant pas un fervent admirateur d'Ubuntu, mais je ne pouvais pas laisser passer ça.

Voici donc quelques perles (Le Point):

Le Parlement allemand, qui avait lui aussi opté pour le logiciel libre en 2002, vient de faire machine arrière.

Malheureusement, des milieux mieux informés sur la question ont noté que Le Parlement allemand avait juste brandi la menace Linux pour que Microsoft fournisse les sources de Windows NT. Comme Microsoft a cédé, le parlement allemand n'a tout simplement pas migré vers Linux (et a donc forcément encore moins fait machine arrière). C'est pour cette raison qu'il n'y a aucune trace sur le web de cette migration.

A ce stade, on se dit qu'ils auraient pu se renseigner. Mais il y a encore pire (France Matin):

[...] la Fondation qui porte et finance les évolutions d'Ubuntu n'est autre que la propriété d'un multimilliardaire sud-africain, dont l'origine des fonds d'ailleurs est parfois discutée.

Là on est à la limite de la diffamation ! Je pense que nombreux sont ceux qui parmi vous savent que Mark Shuttleworth s'est enrichi en vendant sa société de certificats électroniques (Thawte) à Verisign. Je n'ai jamais vu nulle part d'indice parlant d'autre chose de moins reluisant, et là on parle de rumeur et d'aucune source... Elle a bon dos la rumeur.

En effet, si l'utilisation des logiciels « libres » est gratuite, elle entraîne d'importants frais secondaires. Certains élus ont ainsi souligné qu'en 2006 Bercy avait conclu un marché de 39 millions d'euros pour la maintenance du nouvel équipement

Cherchez l'erreur: déjà l'utilisation de logiciels libres n'est pas forcément gratuite (libre ne veut pas dire gratuit), mais surtout on parle d'un chiffre sans citer combien aurait coûté une migration à une autre version de Windows (qui bien sûr dans l'esprit du journaliste, n'a besoin ni de maintenance, ni de formation, ni de nouveau matériel). Bien sûr, il est si facile d'installer Windows Vista sur une machine d'il y a 4 ans.

Les deux torchons méritent le coup d'oeil, ne serait-ce que pour voir le type d'arguments fallacieux dont on risque d'entendre parler encore dans les prochains jours. Car convenons en, il est inévitable que certains grognent dans une migration d'une telle ampleur. D'abord parce que cela demande un changement dans les habitudes des députés et de leurs équipes, mais aussi parce que cela arrive dans toute migration informatique. Une migration à Windows Vista aurait entraîné autant de ronchonnements, et le problème de pilotes indisponibles aurait été similaire.

Ajoutez à celà la visibilité qu'a Linux à la télévision française (Linux dans l'émission de Laurent Ruquier) et vous comprendrez que le chemin est encore long pour ceux qui veulent changer les mentalités... Je me rappelle encore à la sortie de Windows Vista, la RTBF parlait de Linux, alors qu'en France, Bill Gates était invité au journal de 20H

EDIT:L'article du Point est effectivement bien antérieur à celui de France Matin, merci à Gnunux pour sa remarque.

mercredi 30 mai 2007

Au boulot ! Driver, carte de test, udev, ports en user-space

J'ai toujours l'impression d'être un mauvais développeur. D'avancer moins vite que les autres. Le fait de ne pas avoir de "mentor", de personne qui me tire vers le haut (côté code) dans mon entourage professionnel ou personnel y est sans doute pour beaucoup. Alors évidemment, quand je lis Richard Hugues et ce qu'il fait alors qu'il finit à peine ses études, j'ai la larme à l'oeil, moi qui n'ai jamais eu de cours d'UML ou design patterns, ni d'architecture logicielle... J'ai dû apprendre sur le tas...

Mais c'est mon métier, alors je ne lâche pas l'affaire :-) (et puis bon, j'ai déjà repris du code - professionnel -, et ça m'a fait suffisamment peur pour que je me dise que ça vaut le coup de continuer, parce qu'il y a largement pire que moi...)

Les designs patterns, j'ai vu ça en fin d'année dernière, après avoir acheté le fameux Head First Design Patterns (merci à pvanhoof pour ça ;-)). Alors oui, je me dis que voir ça 5 ans après être sorti de l'école et 8 ans après avoir commencé ma vie professionnelle, c'est quand même dommage. Jj'aurais préféré avoir vu ça en école d'ingé, mais l'option de dernière année que je souhaitais faire, "génie logiciel", n'a pas ouvert, faute de demande. Alors je me suis retrouvé en "systèmes numériques" (ce qui était bien aussi, parce que que j'aime aussi l'électronique numérique).

Mais en ce moment je fais des choses intéressantes au boulot. Certes, ça n'avance pas très vite (bon, j'ai l'habitude), mais je ne vois pas le temps passer. Alors voilà un peu sur quoi je m'amuse depuis jeudi dernier...

Développement de driver E/S
Je dois développer un driver pour le kernel 2.6.18, afin de commander des entrées/sorties numériques. Je n'ai jamais développé de driver auparavant, alors j'ai dû fouiller un peu.
Liens utiles:
Writing device drivers in Linux: A brief tutorial
Linux Device Drivers, Third Edition

Carte de test E/S
Qui dit hard à contrôler dit souvent carte de test. Comme je ne suis pas du tout sûr des commandes que j'envoie pour commander les E/S, je me suis monté une carte de test (un grand mot pour 4 LED et 4 résistances) pour vérifier que les connecteurs ont été bien reliés par le sous traitant (c'est pas gagné apparemment), et vérifier que mes commandes font bien ce que j'attends.
C'est bien sûr beaucoup plus drôle quand on ne sait pas comment le sous traitant a relié le connecteur (DB9) aux pins de la carte mère (10 broches). Où serait le fun sinon ?

Code de test dans l'espace utilisateur
Comme les E/S de cette carte se commandent bizarrement, (une interruption qui appelle une sous-fonction dans le BIOS), et que je ne sais pas encore vraiment quelles commandes envoyer, j'utilise pour la mise au point un programme en user-space. Il doit tourner en root pour pouvoir accéder au matériel, et c'était une des solutions possibles (et simple), mais je ne souhaite pas que l'application finale tourne sous root (sécurité oblige).
Lien utile:
Linux I/O port programming mini-HOWTO

Recherche de bug de règle udev
Pour un autre périphérique, le fournisseur me donne un driver et une règle udev. J'ai trouvé sa règle codée comme un goret. La procédure d'install est un truc à base de Makefile fait à la main, et quand on est habitué aux trucs cleans fournis par les distributions... on se rend compte que d'autres en sont encore loin.
Le périphérique est une caméra usb. La règle udev du constructeur cherche à modifier les droits d'accès du périphérique dans /proc/bus/usb/, et il n'y a que comme ça qu'on peut lancer sans être root une application qui verra le périphérique connecté. Sauf que sa règle ne marche pas sous ma Fedora Core 6, alors que ma règle fonctionne (change les permissions du device, et le groupe), mais dans /dev/bus/usb/. Pourquoi diable passent ils par /proc ? C'est ce qui se faisait avant udev ?
Update:
Mon contact me dit que c'est ce qui se faisait avant le kernel 2.6.14.

Lien utile:
Writing udev rules


Bref, tout ça c'est très motivant, mais ça me prend aussi beaucoup de temps, surtout que tout ça est à 80% nouveau pour moi ! C'est dans ces moments que je ne suis pas mécontent d'habiter à 15 minutes en voiture du boulot :-)

mardi 20 février 2007

AGFA Snapscan 1212p and Linux

I just wanted to try to install an old piece of harware I've got here: an AGFA Snapscan 1212p. My ex-girlfriend gave it to me one year ago, and I never tried it. Now, I just thought such an old crap would just work out of the box with my Mandriva 2007. But no? It seems that the 1212p (parallel port version) has no driver for linux, whereas the 1212u (USB version) has good support, as seen on the SANE project website.

It seems the struggle to have manufacturers open their specifications is far from being over, even for outdated hardware..

This one is going to be freecycled..